Cap sur la demi-finale !

17 Mai 2019 - Actu U16

On vous l’expliquait il y a quelques jours, les U16 BSV, en battant Besançon, se sont adjugé la 2e place de la poule avec un total de 56 points. Ils ont ainsi gagné le droit de disputer les barrages pour évoluer en championnat national lors de la saison 2019-2020. Mais ce qui était acquis depuis un petit maintenant, c’est leur participation à la demi-finale de championnat Bourgogne Franche-Comté qui se déroulera ce samedi 18 Mai à 14h à Arbois.

Nous avons rencontré Jérémy Lemoine, l’un des coaches de l’équipe, pour revenir sur cette très belle saison des U16 de l’entente Beaune/Seurre/Verdun.

CSB : « Quels sont pour toi les forces et faiblesses de ce groupe ? »

JL : « Leur principale force, c’est qu’ils ont su créer un groupe homogène avec des joueurs impliqués et appliqués en matches et à l’entraînement. Cela a permis aux jeunes de bien réagir dans des matches plus compliqués. Il y règne un bon esprit, une concurrence saine. C’est un bon groupe de 45 joueurs, présents du début jusqu’à la fin.

La faiblesse, ce serait peut-être le manque de maîtrise, surtout lors des débuts de matches lors de la phase aller. Les jeunes avaient besoin de temps pour assimiler les méthodes de travail. Ca manque aussi parfois de sérieux aux entraînements et à certains moments, on a peut-être mis la charrette avant les bœufs. »

CSB : « Cette entente regroupe des joueurs et des entraîneurs venus de 3 clubs différents (Beaune, Seurre et Verdun). Est-ce que cela a été un paramètre compliqué à gérer ? »

JL : « Depuis le début de la saison, il y a une bonne organisation pour savoir qui fait quoi. Nous avons les dirigeants à Seurre et Sébastien Brun côté beaunois, les accompagnateurs et les aides logistiques à Verdun et au niveau coaches, Alex Mancini, Toni Grle et moi-même pour Beaune et Rudy Boitier pour Verdun sur le terrain. La bonne entente qui règne entre nous rejaillit sur le groupe. On travaille par postes : Toni s’occupe de la prépa physique et de la touche, Alex et Rudy des avants et moi des ¾ avec l’aide de Pierrot de Verdun.

Au niveau des joueurs, nous avions organisé un stage de cohésion en début de saison pour qu’ils apprennent à se connaître et à créer quelque chose ensemble. C’est là qu’on a vu qu’il y avait de l’entraide entre eux. Avec le temps, ils se sont connus sur le terrain, ce qui était le but pour construire une équipe. Aujourd’hui, chaque joueur connait les plus et les moins de ses coéquipiers sur le terrain. »

CSB : « Quel était votre objectif de début de saison ? »

JL : « C’était de finir dans les 4 premiers de la poule. Au fur et à mesure que les choses avançaient, on a fait une mise au point à la fin des matches allers et on s’est rendu compte que l’équipe pouvait prétendre à l’une des deux premières places et donc à une qualification en championnat régional.  On a donc revu l’objectif à la hausse et on l’a atteint. »

CSB : « Vous avez validé cette seconde place en battant Besançon. Besançon qui, justement, sera votre adversaire en demi-finale. A ton avis, cette victoire vous offre t’-elle un avantage pour la demi ? »

JL : « C’est de bon augure car nous nous sommes imposés de belle manière. En gagnant, nous avons engrangé de la confiance et pris un petit peu d’ascendant psychologique sur notre adversaire. Mais attention car la demi se jouera dans un autre contexte, en un match sec. Il y a aura forcément plus de pression que lors d’un match de championnat. »

CSB : « Quels seraient les ingrédients d’une victoire ? »

JL : « Comme tout au long de la phase retour, il faudra proposer du jeu devant et derrière. L’une de nos forces est de proposer un jeu de mouvements. On verra demain si les joueurs se mettent la pression mais c’est notre but et notre rôle à nous entraîneurs de les mettre en confiance et de leur faire prendre conscience de leurs qualités. Cette demi et peut-être plus, c’est la cerise sur le gâteau. Il faut absolument que les jeunes en profitent à fond. »

Ce serait une belle récompense pour une belle équipe. Nous leur souhaitons une belle réussite car, comme le dit leur dirigeant Sébastien Brun « C’est vraiment un groupe qui le mérite ».