C'est bon pour le moral !

03 Octobre 2017 - Actu Equipe B

On la pressentait, on la prévoyait, on l’anticipait … Et bien ça y est, on l’a eu cette première victoire des baby B Boys ! Et franchement, elle fait plaisir, à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle vient récompenser le sérieux et l’investissement du groupe à l’entraînement, ensuite parce qu’elle symbolise l’esprit d’équipe où ceux qui ne jouent pas sont aussi présents que ceux qui sont sur le terrain. Ensuite, et bien ensuite, parce qu’une victoire construite sur 80 minutes, où l’on repart même si on fait des erreurs et que l’on montre de l’envie, et bien c’est tout simplement très chouette !

Contre Clamart, pas un n’a failli à la tâche. On a ainsi pu voir évoluer pour la première fois Cyprien Perchaud, hyper efficace, à la mêlée et Bayu Wakanivuga (fils de …) faire du mal avec ses grandes percées, on a retrouvé après un mois d’absence un Vincent Mennweg en pleine force et un Adrien Duband en mode « Mr 100% entre les perches ».  Je ne peux pas les citer tous mais pourtant ils le mériteraient, chacun ayant apporté sa pierre à l’édifice.

Une fois n’est pas coutume,  les Beaunois sont rentrés dans le match dès le coup d’envoi. Et une entame réussie, ça paye, en témoigne l’échappée façon sprinter de Quenot le long de la ligne qui amène le 1er essai bleu, que ne manque pas de transformer Duband. Face à une équipe de Clamart au physique plutôt imposant et qui n’a pas fait le déplacement pour des queues de cacahuètes, les B’Boys ne reculent pas. Bien au contraire, de percussion en percussion, de mêlée en mêlée, ils gagnent du terrain et poussent leur adversaire à la faute ce qui permet à notre botteur d’aggraver le score sur pénalité. 10-0 à la 12e, on ne pouvait rêver meilleur début. Une faute dans leur 22 et une pénalité pour les visiteurs rappellent les bleus à l’ordre. Il va falloir se battre jusqu’au bout. Mais quand on se bat pour la conservation de la balle, et bien on se déplume à l’arrière. A la 27e, le véloce centre clarmatois slalome dans la défense bleue, trouve l’espace qu’il faut et file à l’essai, transformé de surcroît. 10-10, ça promet pour la suite. Beaune ne s’en laisse pas compter, ça perce, ça déplace le jeu, les gros sont là, les arrières tentent. Et c’est une nouvelle pénalité de Duband à la 40e qui vient récompensée ces efforts. 13-10 à la pause, ce n’est pas qu’on vibre mais un peu quand même.

Et puis, douche froide à la reprise. Clarmart en place, occupe toute la largeur du terrain et fait reculer des beaunois qui se retrouvent sur leur ligne à devoir défendre à tout va. Mais la puissance du pack adverse va l’emporter et passer le ballon derrière la ligne : 10-15 à la 48e, ça rappelle de mauvais souvenirs mais ça promet pour la suite ... Et la suite, elle sera bleue et blanche. Motivés au lieu d’être sonnés, les beaunois vont sortir les crampons de leurs 22 et jusqu’à la fin de la rencontre, plus jamais les visiteurs, malgré tous leurs efforts ne s’en approcheront. Perchaud distribue le jeu à la perfection et les remplaçants tous frais font le job. Ca tente beaucoup, pas toujours à bon escient mais l’enthousiasme et l’envie sont là et bien là. Et quand on avance, et bien on pousse l’adversaire à la faute ! Duband ajoute deux nouvelles pénalités à son butin de jour et permet à ses coéquipiers de passer devant 16-15. Bah oui, que serait les B’Boys sans suspens ! Et les voilà qui repartent à l’attaque, par Loubet puis Lepeytre qui seront si loin si proches de cette foutue ligne ! Parce-que bon, on a quand même envie de se mettre à l’abri ! Prière exaucée à la 86e, le pack fait parler le collectif, ça pousse, ça pousse et … ça marque par Micalef, transformation à suivre Duband évidemment. 26-15 à quatre minutes de la fin, la messe est dite, la victoire est là.

Et derrière la main courante, on a des fourmis dans les jambes parce qu’on aimerait les rejoindre cette bande de jeunots encadrés par quelques anciens. Parce que c’est frais, parce que c’est chouette. Oh bien sûr, il ne faut pas s’emballer parce qu’il y aura certainement des dimanches difficiles, des défaites mais aussi d’autres victoires. Mais pendant 15 jours et jusqu’au rendez-vous d’Orléans, on va quand même se permettre de savourer. Juste parce que ça fait du bien …

NB : Toute l’équipe et son super dirigeant Olivier Lagrue tiennent à remercier chaleureusement José de Brito. Ce dernier, dirigeant U18, apporte une aide très précieuse à l’équipe. Un grand merci à lui !

Les galeries photos associées