CS Beaune VS Rouen NR : les réactions

05 Décembre 2019 - Actu Espoirs Fédéraux 1

On va le redire haut et fort, la rencontre de dimanche dernier entre le CS Beaune et le Rouen Normandie Rugby n’avait que peu d’importance en termes de résultat. On se doutait bien que face à une équipe plus que solide, leader de sa poule, au collectif aussi rodé que ses individualités, nos jeunes beaunois n’auraient pas beaucoup de chances de l’emporter. Le score nous a au final donné raison.

Non, si cette rencontre était si importante, c’est parce-que nos espoirs devaient montrer aux yeux de tous que, s’ils ont un genou à terre, ils ne sont pas encore dans la tombe. On a entendu beaucoup de choses de ci de là et ils ont répondu de la meilleure des manières : en étant présent, en étant ensemble et surtout en jouant.

Ce ne fut pas facile car le score est lourd et oui, il y avait de quoi baisser la tête de découragement. Mais, ils ont essayé de produire du jeu, ils n’ont pas lâché et le seul essai de la rencontre à mettre à leur crédit est un essai collectif. On pourrait alors presque parler de symbole.

Ce CS Beaune espoirs n’est pas rôdé, manque d’automatismes, manque de confiance en soi et en les autres. Cela s’explique par les raisons que vous lirez plus bas. Ce CS Beaune espoirs n’est pas exempt de responsabilités, pour les raisons que vous lirez plus bas. Mais certains en veulent et se révoltent. Il ne manque qu’aux autres de monter dans le bon wagon. Laisser tomber n’est ni une option ni une solution et en plus, ce n’est pas très « rugby spirit ».

Reste maintenant à construire sur les petites étincelles que l’on a pu entrevoir lors ce match. Nous restons convaincus que ça peut se faire. Pour le reste, l’avenir appartient à nos joueurs. A eux d’écouter le cri du cœur poussé par certains d’entre eux.

Réactions

Adrien Bousseton (entraîneur) : " Je pense qu'on a mis les ingrédients de base pour jouer un match, on s'y est vraiment filé. Après, il y a encore beaucoup d'erreurs et de déchets, il ne faut pas oublier que Rouen est premier de poule. C'est une équipe qui est très en place, qui est là pour jouer une qualification sur les Espoirs Accession donc l'écart est justifié. L'état d'esprit à la fin du match ne l'est pas. La défaite fait partie du jeu, il faut relever la tête et il faut juste l'accepter. C'est normal qu'on soit frustré de rater des choses mais il faut venir à l'entraînement pour les travailler. Quand on n'est pas assez, qu'on se retrouve à 8 à l'entraînement, on ne peut pas créer ces automatismes ni surtout prendre du plaisir ensemble après, sur le terrain. Il y a énormément d'erreurs qui sont justifiées, non pas par le manque d'investissement, mais par un manque cruel de technique et d'automatismes collectifs. En plus de ça, il y a des mauvais choix de jeu qui sont faits sur le terrain. Encore une fois, c'est une chose qui se travaille et quand on n'est pas assez à l'entraînement et qu'on ne peut pas le travailler, il n'est pas étonnant que l'on n'arrive pas à le mettre en place le dimanche. C'est à la fois une lueur d'espoir et son contraire. Une lueur d'espoir oui, parce qu'on arrive à remettre de l'investissement sur le terrain face à de grosses équipes, non parce qu'il reste des choses à régler. Il faut venir à l'entraînement, il faut s'y filer ensemble et après, le plaisir reviendra sur le terrain. Je ne vois pas ce qu'on peut faire de plus à part s'investir ensemble et prendre ce plaisir sur le terrain, chose qu'on ne fait plus. "

Maxime Blanchard (talonneur) : " Il est sûr qu'on a fait des progrès mais on n'est pas assez rigoureux aux entraînements. On ne peut pas avoir d'automatismes et du coup, c'est compliqué de pouvoir refaire ce qu'on fait aux entraînements sur le terrain vu qu'on n'est pas assez. C'est certain qu'il y a un peu de positif, il faut que ça redonne envie aux autres de revenir aux entraînements et, s'ils n'ont pas envie de revenir, ce sera comme ça toute l'année. Je ne sais pas pourquoi c'est comme ça, le mieux serait de poser la question aux absents directement. Je ne peux pas le savoir pour eux et c'est compliqué de motiver des personnes qui n'ont pas envie. Aujourd'hui, mine de rien, il y avait quand même de l'envie mais il a vraiment fallu nous chauffer dans les vestiaires pour l'avoir. Même si on s'est pris 50 points, on a quand même bien défendu, ce sont juste des erreurs où on " dégueule " des balles quand on est en attaque. Ce sont vraiment des automatismes que l'on n'a pas. Le geste de Rouen a la fin était certes peu mais sûrement empreint d'un peu de compassion. On ne sait pas trop où on est, les autres équipes le savent. C'est pour ça que j'attends de mes coéquipiers une présence aux entraînements, c'est quand même toujours mieux pour trouver des automatismes ensemble et se faire plaisir. Parce-que le rugby, c'est quand même avant tout du plaisir, c'est mieux quand on prend du plaisir sur le terrain. On ne parle pas forcément de gagne parce qu'on sait que ça va être compliqué, vu que ce n'est pas au mois de Novembre qu'on va choper des automatismes, mais au moins prendre du plaisir sur le terrain. Avoir la banane, ne pas faire une tête d'enterrement quand on arrive dans le vestiaire avant le match, c'est tout ça. "

Pierre-Charles Quenot (2e ligne) : " On a essayé de montrer un autre visage de ce qu'on est et de se battre avec nos armes, avec le courage et l'envie. Le résultat n'est pas là mais il y a quand même quelques satisfactions. Il y avait sûrement moyen de mieux faire mais, c'est notre problème depuis le début de la saison, on laisse trop d'opportunités à l'adversaire de scorer. Et nous, sur nos temps forts, on a du mal à tuer nos actions donc, forcément, ça fait que le score est lourd. Non seulement j'espère mais il faudrait que ce genre de match serve de déclencheur. C'est du manque d'automatismes, du manque de connaissance de l'autre. On a du mal à s'entraîner ensemble donc, obligatoirement, ça se ressent dans les timings, dans les positionnements, dans la communication qui n'y est pas. Rouen est une très belle équipe qui est première de poule et la mentalité des gars qui était en face de nous était belle. Et oui, il faut prendre exemple sur des équipes comme ça, sur des clubs comme ça pour progresser et s'améliorer. Maintenant, j'attends de tout le monde plus d'engagement et de présence et un changement d'état d'esprit. L'état d'esprit qu'on a mis aujourd'hui et qu'on arrive à mettre sur certains matchs, il faut le mettre à tous les entraînements et à tous les matchs. C'est comme cela qu'on arrivera à avancer. "