CS Beaune VS Stade Niçois Rugby : les réactions

24 Septembre 2018 - Actu Equipe A

On ne va pas se mentir, cette rencontre contre Nice nous laisse un petit chouïa de regrets. Pourtant, une défaite de seulement 5 points contre un adversaire qui a littéralement tout emporté sur son passage lors de la saison dernière en Fédérale 2, dont le début de saison est à la hauteur de leur réputation aurait normalement de quoi nous réjouir. Mais, justement, cette équipe de Nice, et bien nos bleus ont su les malmener et les maîtriser, nous laissant entrevoir une issue un peu plus heureuse. Un trou d'air de 15 minutes et deux essais encaissés dès la reprise ont permis aux visiteurs de creuser une avance que les troupes de Sébastien Magnat n'ont pas su gommer dans sa totalité. Reste les valeurs, celles que nous remarquons depuis maintenant 4 matches : solidarité, combat, envie et surtout persévérance. L'esprit de groupe est bien présent, nous en sommes maintenant certains. Reste maintenant à gommer toutes les petites imperfections, les fautes bêtes et moins bêtes pour se concentrer sur le positif. Et d'ici peu, les points de bonus défensifs laisseront place aux points de la victoire. Et même s'il y a un peu de déception, cela ne doit surtout pas faire oublier que le parcours des Beaunois en ce début de saison reste néanmoins plus qu'honorable. Et qu'avec le soutien de tous, ça finira par payer.

Sébastien Magnat (entraîneur) : " C'est une défaite frustrante car on fait preuve de courage mais avons manqué de réalisme. Je n'ai pas pour habitude de critiquer l'arbitrage mais ce dernier a été plutôt incohérient. On se fait énormément sanctionner, on prend 3 cartons jaunes mais je pense sincèrement qu'on doit être à même de gagner ce match. La satisfaction, c'est l'état d'esprit de ce groupe qui est de plus en plus performant et qui nous a permis d'avancer aujourd'hui. Et mêmes si j'ai quelques regrets,on a pu voir qu'on tenait la route face aux grosses cylindrées."

Simon Fourot (talonneur) : " En 1ère mi-temps, à 6-6 contre le vent, on se dit qu'on a fait le plus dur. On voulait attaquer la 2e période d'entrée mais en fait on a eu du mal à en sortir. On fait des fautes stupides et on est immédiatement sanctionnés même s'il y a eu des choses qu'on a pas comprises sur le terrain. Je suis content de voir que notre mêlée tient vraiment bien le choc. L'arrivée d'Ephraïm nous fait un bien énorme dans ce secteur de jeu puisqu'on le travaille à fond à tous les entraînements. Bien sûr on a encore beaucoup de choses à régler. Aujourd'hui on prend un point de bonus défensif mais face à une équipe de Nice "normale" et qu'on aurait pu battre. On se réconforte avec les 6 points pris sur ce bloc de 4 matches ce qui reste une bonne performance. Aujourd'hui ça ne passe pas, on se met dedans tout seul mais ça marchera mieux la prochaine fois. Et ça j'en suis convaincu."

Julien Goux (2e ligne) : "On a été bons, on a joué tous nos ballons mais on a parfois fait de mauvais choix tactiques. On a fait preuve d'un bon état d'esprit, on s'est vraiment envoyés. On connaît maintenant  les points positifs et les points négatifs que l'on doit travailler, à commencer par la discipline. On a pas triché dans l'engagement maintenant, on doit bosser encore et encore.On sort plutôt satisfait de ce bloc de 4 matches, on sait que l'équipe est motivée. On va continuer à tous avancer dans le même sens."

Jérémy Marot (centre) : " On est forcément frustrés car on fait une grosse première mi-temps et on saute sur le 1er quart d'heure de la reprise. Ca confirme que, quand on jouera 80 minutes pleinement, tout ira mieux. Je crois qu'on veut trop bien faire et du coup, on fait des erreurs qu'on paie cash comme en 2e mi-temps. Le bilan du bloc n'est pas si mal que ça mais lui aussi est frustrant, on n'est pas loin à Dijon, on n'est pas loin aujourd'hui. Il ne manque vraiment pas grand-chose pou être devant à chaque fois. Il faut qu'on travaille sur ces passages à vide, les en-avants et les touches, tout ce qui fait qu'à ce niveau, ça ne pardonne pas."

 

Les galeries photos associées