Ils l'ont fait !!!

11 Novembre 2019 - Actu Equipe A

Il y a eu tellement de joie lors de la victoire dans le derby bourguignon hier que trouver un titre n’a pas été chose aisée tellement nous avions de possibilités. « Ils l’ont fait » nous paraissait le plus adapté car, soyons honnêtes, le CS Beaune ne partait pas favori face à notre voisin du Stade Dijonnais, à la fois écurie pro et grosse écurie de Fédérale 1. Et non seulement nos très valeureux joueurs l’ont réalisé, cet exploit, mais en plus, les deux équipes nous ont vraiment régalés tout l’après-midi tant la prestation qu’ils ont offerte à un Jean-Guiral plus que rempli fut de qualité.

Jérémy Marot nous l’avait confié à l’issue de la défaite contre Mâcon : « Pour battre Dijon, il faudra et jouer en équipe et jouer pendant 80 minutes. ». Au vu de leur entame de match, il semblerait que le message ait été reçu 5/5 par les bleus et blancs. Pendant 12 minutes, le Stade n’a pas vu le ballon, monopolisé par les beaunois qui lançaient des attaques de toutes parts. On a même eu peur d’une débauche d’énergie un peu prématurée ! Domination malheureusement récompensée uniquement par une pénalité de Kotze. Et Dijon, qui a encaissé sans coup férir commence à franchir la ligne médiane et à investir le camp beaunois. Les voilà revenu à niveau sur pénalité puis sur un très joli essai de leur ailier aux jambes de feu, Caramel. Si Beaune provoque les visiteurs dans le combat, c’est avec pragmatisme que ces derniers gèrent leur 10 points d’avance. Le jeu est hyper agréable à suivre, les fautes sont quasi inexistantes et on sent que la rencontre n’est acquise pour personne. Et au meilleur moment, à savoir dans les arrêts de jeu, l’ailier beaunois (enfin, arrière pour l’occasion) aux jambes de sprinter (oui, varions les plaisirs) Qadiri allongeait la foulée pour ramener son équipe à 10-13 à la pause. Voilà qui promettait un sacré spectacle pour la seconde période !

Et aucune équipe n’a baissé dans l’intensité. Au contraire s’est installé un mano à mano où chaque équipe s’est rendu coup pour coup. Le jeu est resté ouvert pendant 40 minutes, permettant à tous, avants comme arrières, de tirer leur épingle du jeu. On laisse d’abord la parole aux botteurs qui font évoluer le score à 13-16 en faveur de Dijon. Et c’est là qu’on pense que Beaune va prendre l’ascendant. Ils sont tous en cannes les bleus en ce dimanche de derby, Lebeault lance l’offensive, relayé par Marot et on trouve qui au final ? Le talonneur Fourot qui passe le bras derrière la ligne. La transformation de Kotze tape le poteau mais c’est bien le CSB qui passe devant 18 à 16, juste récompense de ses efforts. Mais Dijon, ce n’est pas n’importe quelle équipe. C’est une équipe qui est 2e de poule, ¼ de finaliste de Jean-Prat la saison passée, une équipe qui n’abdique pas, une équipe très, très joueuse. Et puis, c’est un derby, ce n’est pas n’importe quel match, c’est celui que tous ont envie de gagner. On est à la 70e, il reste 10 minutes et le centre Liabot lance une attaque dévastatrice. Il trouve l’ailier Klaasen au soutien qui lui-même passe à Sylvestre. C’est là que la défense beaunoise s’arrête, convaincu d’un en-avant. Mr l’arbitre, pas du tout de cet avis, suit l’action qui se termine entre les perches. 18 à 23, coup de froid sur Jean-Guiral. Il est juste impossible que ça se termine comme ça, pas après tant d’efforts et une si belle prestation. Beaune repart à l’attaque comme un seul homme et ça arrive à 5m de la ligne dijonnaise. Une, deux mêlées et les rouges s’énervent. ¨Premier carton jaune alors qu’on est à la 74e puis un second à la 77e. Dijon va devoir tout donner en défense mais l’occasion est trop belle pour les locaux. Tout monde pousse en cœur pour envoyer Damevin entre les perches, transformation Kotze. 25-23, il reste une minute, la pire de toute parce-que c’est Dijon qui a le ballon. Et comme on vous l’a dit, Dijon n’abdique pas. Ce sont les relances de la dernière chance et les beaunois, qui ont encore des forces, sortent les barbelés et plaquent à tout va. On a peur d’un plaquage raté, on a peur d’une pénalité. En fait, c’est comme quand on va voir un film d’horreur au cinéma et qu’on regarde la scène les yeux ouverts mais la main devant. Et là …. Coup de sifflet final, bien final. C’est officiel, le CS Beaune vient de faire tomber le Stade Dijonnais sur ses terres de Jean-Guiral.

Bonheur, joie, larmes, embrassades, tout, on a tout, absolument tout et c’est un bonheur immense. Auteurs d’une prestation  ratée contre Vienne puis en demi-teinte contre Mâcon, il leur fallait frapper un grand, grand coup, déjà pour eux, pour leur mental, pour leur confiance, pour leur groupe mais aussi pour répondre à tous ceux qui avaient décidé de les enterrer un peu trop vite, dans un esprit aussi versatile que mauvais. Battre Dijon n’a pas du tout été une chose simple et n’a pas du tout été une partie de plaisir. Mais ils y sont allés à la confiance, au courage, à l’engagement et, le plus important de tout, ils y sont allés à 24 et même bien plus.

On a peut-être vécu hier un tournant de la saison, une prise de conscience ou un déclic, je ne sais pas exactement comment l’appeler. Ce qu’on retiendra, c’est qu’on a vu une équipe plus soudée que jamais qui, par ses qualités sportives, techniques et surtout mentales, a réussi à faire tomber un cador qui était venu à Jean-Guiral pour l’emporter et qui a mis tous les ingrédients pour y arriver. Le Stade Dijonnais a été très bon en ce dimanche après-midi mais le CS Beaune a eu le petit supplément d’âme en plus nécessaire pour finir devant au tableau d’affichage.

Maintenant, il faut le garder, le développer pour aller défier chez eux les auvergnats d’Issoire, tellement rugueux et dur au mal quand il s’agit de défendre leur territoire. Et puis, un peu de repos avant de recevoir le surprenant Rumilly, promu et 3es de poule. Mais laissons place à la fête pour encore quelques heures. Il sera bien tant d’ici demain de lâcher les étoiles pour le retour à l’entraînement. Et de ne surtout pas oublier ce qui a été fait et réalisé en ce dimanche de derby pour le reproduire autant de fois que possible.

Retrouvez dès demain sur notre site les réactions de nos joueurs après cette superbe rencontre.