Joseph Penitito : de l'hémisphère sud à la Côte de Beaune

13 Octobre 2017 - Actu Equipe A

Avant même d’atterrir sur le sol français, le jeune 3e ligne de 23 ans néo-zélandais, 1m85 pour 118 kilos, aura eu le mérite de faire parler dans les chaumières et au zinc des bars. Viendra, viendra pas, rumeurs …. Et pourtant, Joseph Penitito est là et bien là, heureux d’être à Beaune et surtout, très pressé de jouer au rugby !

Né Samoan, Joseph a six ans quand il arrive en Nouvelle-Zélande et bien sûr, il savait déjà jouer au rugby : « A quatre ans, on jouait au rugby avec les amis du village. C’est une bouteille qui nous servait de ballon et c’est là qu’est née ma passion pour ce sport. En même temps, chez nous, tu n’as pas vraiment le choix car le rugby, c’est une culture, presque une religion. Tu ne peux pas faire autre chose ! On ne doit jamais trahir les valeurs du rugby comme le respect de ses coéquipiers, le respect de ses adversaires, l’esprit de combat. Tu n’as pas le droit de t’échapper ».

Après une pause de 6 ans, il reprendra en arrivant au collège (High School) où il est vite remarqué de par son physique et est rapidement surclassé. Il jouera pour le club de Mac Sport. En 2015, il rejoint l’équipe de la province d’Hawke’s Bay, les Magpies où il participe au championnat NPC. Il dispute quelques rencontres en super rugby avant malheureusement de blesser.

C’est donc une recrue de choix pour le CS Beaune et une grande aventure pour Joseph qui, s’il connaissait la France, n’avait jamais entendu parler de nous : « Ca n’a pas été facile de prendre la décision de quitter la Nouvelle-Zélande. Nous sommes une famille très soudées, mes parents ont toujours été mes plus grands supporters et les laisser si loin de moi fut compliqué. Mais si je voulais vraiment faire une carrière dans le rugby, je n’avais pas le choix. En Nouvelle-Zélande, nous sommes tellement nombreux qu’il est difficile de se faire remarquer. En venant en Europe, j’ai une chance de me faire connaître ».

Alors pourquoi Beaune ? « C’est mon agent qui m’a parlé du CSB. J’ai été voir sur Google et j’ai vu que c’était une très jolie ville, qui me faisait penser à chez moi. Et je me suis dit OK, let’s go, je commencerai là-bas. Je suis très enthousiaste par ce nouveau défi même si j’ai pris un gros risque. Et puis, il n’y a pas beaucoup de monde qui parle anglais ici (rire) ! Mais aujourd’hui, je suis là et le club est mon principal objectif. J’ai été super bien intégré et je donnerai tout ce que j’ai pour aider l’équipe à atteindre ses objectifs. Ma première mission sera de rendre le coach, mes coéquipiers et les supporters fiers. Je suis beaunois à 100% car avant de regarder plus loin, il faut regarder où on est. ».

Après quelques entraînements, Joseph n’est pas inquiet quant au jeu pur : « nos rugbys néo-zélandais et français sont très similaires, au niveau des skills, des règles. J’apprécie le fait qu’on ne s’entraîne pas tous les jours, ça donne encore plus de motivation. On a aussi besoin de pauses pour être bien dans sa tête. J’ai vraiment hâte de rentrer sur le terrain. La saison NZ est terminée depuis maintenant un mois et mon corps est en manque de jeu. J’espère apporter à l’équipe ma force, ma rapidité mais aussi ma patience. C’est important de garder sa lucidité, de ne pas s’énerver car c’est dans ces moments-là que tu fais des erreurs et que tu peux le payer cher. Mais nous sommes une équipe et nous allons tous avancer dans le même sens ».

Quand on échange avec Joseph, on est frappé par son envie de bien faire, sa passion du collectif mais surtout sa grande gentillesse et son humilité. Et j’avoue que, comme lui, on a hâte de le voir en action sur le terrain !