A la découverte des préférences motrices dans le rugby

29 Novembre 2019 - Actu U18U16U14U12U10U8U6

Le CS Beaune est toujours très impliqué dans la formation, que ce soit celles des joueurs jeunes ou moins jeunes ou celles des éducateurs, tant à l'école de rugby que pour les catégories supérieures. 

Afin de progresser dans ce domaine et de se tenir au courant des évolutions, ils se sont réunis il y a quelques semaines autour d'un thème relativement méconnu, les préférences motrices. Cette séance était animée par Pierre Montes, kinésithérapeute du sport basé à Fontaines-les-Dijon et spécialiste du sujet. 

Préférences motrices ? Mais qu'est-ce donc allez-vous sûrement vous demander ? Et bien, pour résumer la chose, notre corps s'organise naturellement de sorte à être le plus économe possible tout en restant efficace. Dans ce but,  il utilise des chaînes motrices préférentielles pour se rééquilibrer et agir le plus intelligemment possible. Par ce biais, il y a toute une série de tests qui se met en place pour savoir comment le corps fonctionne. Et ainsi, cela nous permet à nous, personnes, de mieux appréhender et mieux comprendre notre propre fonctionnement en tant qu'individualité. Et pour nos éducateurs, de mieux se connaitre afin de mieux travailler dans le milieu sportif et rugbystique en l'occurence. Cette approche rejoint aussi tout ce qui est comportemental. C'est donc une meilleure connaissance de soi sur le plan physique mais aussi psychologique. 

Et alors, comment cela se concrétise-t-il dans la monde professionnel, allez-vous ensuite nous demander ? Pour un kinésithérapeute comme Pierre Montes, cela lui permet d'agir au plus juste sur des patients en phase de rééducation. Pour nos éducateurs et entraîneurs, c'est s'attacher sur les points forts et les points faibles  de chaque joueur de façon à améliorer ses performances sur le terrain. On connaît aussi également le joueur d'un point de vue psychologique. Cela permet ainsi de cerner sa personnalité et donc d'apporter un plus vraiment important. On peut de cette façon exploiter au mieux ses capacités et le connaître plus personnellement. L'objectif est de ne pas aller contre le joueur qui a ses propres façons de réagir mais au contraire, de travailler sur ses points forts pour qu'il soit plus efficace et, forcément, plus en confiance. C'est la porte ouverte à l'individualisation dès le plus jeune âge. 

Les éducateurs présents ont vraiment apprécié car cela leur a permis d'aborder une manière différente d'entraîner et de comprendre les joueurs, même les plus petits. Et le fait de mieux comprendre les joueurs à qui ils ont affaire permet de cette manière d'adapter son entraînement afin d'optimiser toutes ses capacités. 

Pour conclure, travailler sur les préférences permet à tout le monde de sortir gagnant, joueurs comme entraîneurs. Que demander de plus ?