Luka Begic, une réussite Talonneur Grande Vitesse

05 Avril 2018 - Actu U18

Quand Luka Begic, 17 ans, commença le rugby en 2006, il n’est pas certain qu’il pensait un jour porter le maillot de l’équipe de France. Et pourtant, c’est désormais chose faite. Retour sur la belle histoire de notre jeune talonneur.

C’est en famille que lui vient la passion du rugby : «  Petit, avec mes cousins, on avait toujours un ballon de rugby et on jouait partout. Plus tard, ce fut avec les amis. Une fois en club au RC Chagny, je n’ai jamais arrêté, je n’en ai même jamais eu envie ».

Formé chez nos amis et voisins chagnotins durant toute son école de rugby, c’est à 15 ans et dans sa 2e année U16 que Luka, accompagné de son ami Auguste Cadot, rejoint le CS Beaune : « Je savais déjà que j’avais envie de faire quelque chose dans le rugby. C’est pourquoi j’ai choisi Beaune, pour me confronter à un niveau de jeu plus relevé et savoir jusqu’où je pouvais aller. Je voulais également des entraînements plus complets, pour avoir une chance d’évoluer ».

Il fait ainsi la rencontre d’Alex Gilot qui lui concocte une préparation physique adaptée au niveau recherché par le jeune joueur. Et ce travail s’avère payant très vite : « Après 2 3 matches avec les U16, j’ai été appelé en ABCDXV puis j’ai intégré le pôle espoir de Dijon. La première année fut bonne, la seconde année beaucoup moins. De plus, je me suis fait une rupture des ligaments croisés qui m’a éloigné 4 mois des terrains. J’ai dû travailler très dur et refaire une très grosse prépa physique pour revenir au niveau tout en ayant l’équipe de France comme objectif. Je savais que, si je n’étais pas qualifié, je pouvais dire au revoir au pôle. Si tu veux réussir, tu n’as pas le choix. Tu dois être assidu et sérieux aux entraînements, écouter les entraîneurs pour évoluer ».

Et le travail a payé, les efforts récompensés. D’abord appelé au stage national qui a servi a sélectionné les joueurs, il a appris qu’il porterait le maillot bleu : « On est venu nous trouver à l’entraînement pour nous dire que les 4 joueurs du pôle étaient appelés en équipe de France. Je crois que je n’ai jamais été aussi content de toute ma vie. Et j’ai pensé à mes parents qui sont toujours là pour moi, me suivent et me soutiennent. Ils veulent que je réussisse et je dois dire que, sans eux, je me laisserai un peu aller ».

Et la magie commence. D’abord remplaçant lors du 1er match contre l’Italie, il gagne sa place de titulaire lors de la 2e rencontre : « J’avoue qu’être remplaçant m’a fait un peu tiquer. Lorsque je suis rentré, j’ai tout donné pour faire la meilleure prestation possible et convaincre les entraîneurs de me faire confiance lors du 2e match. Et ça a marché. Chanter la Marseillaise en portant le maillot de l’équipe nationale, c’est une grande fierté, quelque chose de presque indescriptible ».

Malgré sa réussite, Luka n’en oublie pas pour autant ses copains du CS Beaune : « Bien sûr que je les suis. Chagny m’a formé tout jeune, Beaune m’a apporté l’expérience et le niveau. Et ça je l’ai vécu avec mes amis aujourd’hui U18. Ils travaillent beaucoup, ont un super état d’esprit et leur saison est vraiment top. Je leur souhaite d’aller le plus loin possible et j’adorerai pouvoir faire au moins un match avec eux. Ce qu’on a vécu ensemble en tant que joueurs, ce sont des souvenirs que je ne peux pas oublier. Même quand je ne pouvais pas jouer avec eux, j’étais là et je filmais leurs matches. Et eux aussi ne m’oublient pas. Quand ils ont su pour la sélection, ils m’ont tous appelé ou écrit. Ce sont mes amis ».

Et maintenant, quelle suite pour notre jeune talent : « Je fais finir la saison en Crabos en jouant les meilleurs matches possibles et partir sur une nouvelle année au pôle que j’espère aussi bonne voir même supérieure. Puis j’aimerai trouver un club pro pour intégrer un centre de formation et jouer ensuite en Top 14. Et le rêve ultime, porter le maillot de l’équipe de France des « grands » ».

Humilité, respect et travail sont des valeurs que notre jeune talonneur a bien compris. On espère qu’il ira le plus loin possible.

Crédit photos : Nathalie Begic, la maman de Luka, que nous remercions chaleureusement pour ces photos

Les galeries photos associées