Portrait de coach : Adrien Bousseton

16 Août 2019 - Actu Espoirs Fédéraux 1U18U16

C'est désormais acté, Alex Gilot quittera le CS Beaune fin septembre pour vivre une nouvelle aventure personnelle, hors rugby. Il a donc bien fallu le remplacer, vu les nombreuses tâches qu'il remplissait au sein du club. Le choix des dirigeants s'est porté sur Adrien Bousseton qui prendra le rôle d'entraîneur de l'équipe espoir mais également de responsable du centre de perfectionnement. Ce jeune talonneur de 22 ans, aux nombreux diplômes, se lance un véritable défi, lui qui n'a jamais connu le niveau de la Fédérale 1. Mais, c'est plein d'enthousiasme et de volonté qu'il arrive en terre beaunoise afin d'offrir le meilleur à nos jeunes joueurs. 

CSB : « Quel est ton parcours de joueur ? »

AB : « J'ai commencé à jouer à Blois où je suis resté jusqu'en U15. Puis, je suis parti à Orléans où j'ai continué mon cursus jeunes et ensuite intégré l'équipe senior avec qui j'ai joué en Fédérale 2. Je faisais en parallèle mes études à l'université mais elle a connu quelques problèmes et j'ai choisi de poursuivre mon cursus scolaire à Dijon. Je suis donc parti jouer à Auxerre en Fédérale 3 avant tout pour fidéliser mes études. Et j'arrive donc cette saison à Beaune tant dans un but sportif que professionnel. »

CSB : « Et avec une jolie collection de diplômes dans tes bagages »

AB : « J'ai toujours voulu être dans l'encadrement et la formation rugbystique. Actuellement, je suis en 2e année de Master en STAPS à Dijon, en alternance au CS Beaune. J’ai validé ma première année avec mention. J’ai également une licence STAPS mention rugby, deux brevets fédéraux et une certification fédérale en rugby à 7. La prochaine étape après le Master sera de passé le Diplôme d’Etat. C’est le dernier qui manque à ma panoplie. »

CSB : « Quelles sont tes expériences professionnelles ? »

AB : « A Auxerre, j’ai préparé mon diplôme en étant responsable de la catégorie U16 mais également du centre de formation labellisé FFR. De plus, cela fait deux ans que j’entraîne les équipes universitaires en jeu à 15 et en jeu à 7. Le projet de montée d’Auxerre ne s’étant pas fait, j’ai décidé de me fixer un nouvel objectif en intégrant un club de Fédérale 1. Je vais donc remplacer Alex sur ses missions à Beaune en étant entraîneur/joueur des espoirs tout en étant en même temps responsable du centre de perfectionnement. »

CSB : « La catégorie espoirs est une nouveauté pour toi. Comment juges-tu l’écart de niveau ? »

AB : « En tant que joueur, j’ai navigué entre Fédérale 2 et Fédérale 3. Le niveau espoir est un bon niveau mais plus axé sur le jeu que sur les contacts en raison de la jeunesse des joueurs. Ca joue vite, c’est agressif mais ça n’a rien à voir avec un niveau de Fédérale 2 où tu as souvent des anciens, des « papas » plus durs dans les contacts. C’est donc pour moi une double découverte : la Fédérale 1 d’un côté, le niveau espoir de l’autre. »

CSB : « Comment vas-tu gérer la double casquette de joueur/entraîneur ? »

AB : « Je le connais déjà avec les équipes universitaires. Ici, ce ne sera le cas que les dimanches lors des matches. Lors des entraînements, je ne serai là que pour entraîner car sinon, ce serait impossible de suivre l’évolution des joueurs, leurs besoins et leur travail. Je m’entraînerai avec l’équipe première pour garder le contact avec le jeu mais surtout pour pouvoir moi apprendre le projet de jeu afin de le répercuter ensuite sur les espoirs. Il est vraiment important que les deux équipes aient le même schéma afin que les espoirs qui pourraient intégrer la une ne soient pas totalement perdus lors des entraînements avec eux. »

CSB : « Quel type d’entraîneur es-tu ? »

AB : « Je ne suis pas du tout dans l’autocratie mais au contraire dans le participatif. Il faut que le joueur soit acteur dans ce projet, que l’on ait beaucoup d’échanges. Je veux comprendre comment le jeune fonctionne, quels sont ses besoins. Il faut leur laisser de la liberté par rapport à leur travail et à l’entraînement et sur le terrain. Après, c’est à moi de prendre les décisions qui me semblent justes par rapport au groupe. »

CSB : « Comment envisages-tu ton rôle auprès des espoirs ? »

AB : « Ce que je veux, c’est que les joueurs prennent du plaisir à jouer tout en amenant cet esprit compétitif sur le terrain. Le fil rouge conducteur des U16 aux espoirs sera sur le projet de jeu senior, c’est-à-dire mettre beaucoup de volume de jeu tout en l’adaptant aux différentes catégories. L’objectif avec les espoirs, c’est de leur montrer ce à quoi ils peuvent prétendre en s’entraînant avec la une tout en modulant certaines parties aux entraînements et aux matches spécifiques à leur niveau espoir. Il faut que le plan de jeu et la politique sportive découlent naturellement sur chaque catégorie afin que l’on puisse avoir une formation pérenne. On se doit d’apporter aux jeunes une volonté de rester au club. A nous de leur faire comprendre que le club met des choses en place pour leur assurer la meilleure formation possible. »

CSB : « Plusieurs U18 montent à l’échelon supérieur. Comment vas-tu les préparer à ce niveau de jeu ? »

AB : « Leur intégration se fera par le terrain. Il y aura également un stage de cohésion qui leur permettra de trouver leur place dans ce groupe dont quasiment la totalité se connaît déjà. On leur proposera également des créneaux de renforcement musculaire afin de les préparer au mieux au niveau de charge physique qui les attend et qui sera forcément très différent de ce qu’ils ont connu jusque-là. Ils ne doivent pas avoir peur de ce niveau de jeu. S’ils suivent correctement les 3 entraînements par semaine plus les créneaux supplémentaires, il n’y a aucune raison qu’ils n’y arrivent pas. Mais, il faut comprendre les exigences de ce niveau pour pouvoir encaisser les contacts. Ceci est d’ailleurs valable pour tout le groupe et pas seulement pour les U18 qui montent. »

CSB : « Comment se déroule la pré-saison des espoirs ? »

AB : « Nous venons de reprendre les entraînements les lundi, mercredi et vendredi en insistant sur la préparation physique. Mais nous n’en oublions pas pour autant le jeu en insistant sur les déplacements et la technique individuelle. On va fonctionner comme cela jusqu’au 31 Août et le match amical contre Verdun. A partir du 2 Septembre, on reprendra sur le même rythme que la saison dernière. »

CSB : « Quelles sont tes attentes pour cette saison ? »

AB : « J’attends que le groupe se fidélise sur le terrain. Je sais que c’est une super bande de copains en-dehors mais ils doivent comprendre que l’entraînement est fait pour progresser. On peut parfaitement prendre du plaisir avec ses potes sur le terrain pour être compétitifs toute l’année. Ce qu’il faut, c’est de la motivation et de la détermination, surtout pas de l’appréhension. »

CSB : «  Et sur le plan sportif ? »

AB : « Je ne fixe pas d’objectif terrain du tout, ni d’impératif de résultats. Je trouve que c’est quelque chose de cancérigène pour un groupe qui débute et qui doit apprendre à la fois les techniques de jeu et le vivre ensemble, surtout sur le terrain. Si je le faisais, ça irait à l’encontre de ce que je veux mettre en place dans le club et sur le terrain. »

NB : Le CS Beaune cherche toujours de nouveaux joueurs pour venir renforcer son équipe espoirs. Si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à contacter Adrien Bousseton au 06 27 99 79 44 ou à vous présenter les soirs d’entraînement les lundis, mercredi et vendredi de 19h à 20h15 au terrain synthétique, avenue Guigone de Salins, à Beaune.