Portrait de recrue : Gallien Belleville

15 Août 2019 - Actu Equipe A

Au vu de l'importance de la mêlée en Fédérale 1, c'est devant que le CS Beaune a cherché avant tout à se renforcer. C'est ainsi que Gallien Belleville, jeune pilier gauche de 24 ans, 1m84 pour 110 kg, est arrivé cette année pour étoffer le pack beaunois. Rencontre avec un joueur au caractère affirmé.

CSB : « Quel a été ton parcours avant d'arriver à Beaune ? »

GB : «  J'ai fait toute mon EDR et mes classes jeune à Lons-le-Saunier jusqu'en U18 1ère année. Un de mes entraîneurs m'a un peu bousculé pour que je sorte de ma zone de confort et j'ai passé ma dernière année à Lons à jouer avec les Crabos ABCDXV. C'est là que j'ai rejoint Nevers et son équipe Bélascain pour ma deuxième année U18. J'ai ensuite intégré l'équipe réserve de Fédérale 1 avec qui j'ai joué la demi-finale de championnat de France. C'est en 2015 qu'on obtiendra le titre de champion de France de Nationale B. Puis, malheureusement, je me fais les croisés et j'ai dû tout arrêté pendant un an. »

CSB : « Et ta reprise apportera son lot de satisfactions ? »

GB : « Oui, car, pour me remettre dans le bain en douceur, j'avais signé un tutorat avec le club de St Léger des Vignes. Je jouais avec eux quand Nevers n'avait pas de match. Et en cette année 2017, alors que l'USON accède à la Pro D2, je deviens également champion de France 1ère série avec Saint-Léger. L'année qui suit, je joue avec l'équipe espoirs tout en m'entraînant avec le groupe pro. Malheureusement, à l'issue de la saison 2017-2018, le club ne m'a pas proposé de contrat professionnel. Comme cela ne m'intéressait pas de continuer avec les espoirs, j'ai voulu me relancer en Fédérale 1 mais dans un club avec une structure pro. C'est comme ça que j'ai passé une saison à Dijon. Mais, j'ai été blessé et malgré quelques matches avec l'équipe première, la suite n'a pas été ce que j'espérais. »

CSB : « Et te voilà maintenant chez le voisin beaunois. Pourquoi ce choix ? »

GB : « Beaune est un club semi-pro, en tous cas sur le terrain. Ce ne sont pas les infrastructures qui font de toi un joueur professionnel. Sébastien Magnat m'a contacté directement et le feeling est tout de suite passé avec un projet de jeu qui m'intéressait beaucoup. J'ai le sentiment que le rugby à Beaune, c'est un peu comme à Nevers. C'est devenu le sport principal de la ville et les gens ont acquis une culture rugby. Et puis, je suis un passionné, si je ne l'étais pas, je serai resté jouer en honneur et je n'aurai pas visé la Pro D2. Mais, j'ai eu envie de plus. Donc, si je suis venu au CSB, c'est pour me relancer et prendre à la fois du plaisir et du temps de jeu, tout ce qui fait la vie d'un rugbyman en somme. »

CSB : « Tes premières semaines au CSB cadrent avec cette philosophie ? »

GB : « Tout à fait, mon intégration s'est vraiment très bien passée. Comme nous a dit Seb, " il n'y a pas de connard dans l'équipe et je ne veux pas en voir ". Je suis un mec de groupe, pas un individualiste donc un bon état d'esprit est important pour moi. Tu peux être moins fort techniquement ou physiquement mais, tant que tu es solidaire, tout ne peut qu'aller bien. »

CSB : « Quel type de joueur es-tu sur le terrain ? »

GB : «  J'aime tout ce qui est combat, les rucks mais aussi la défense. tout ce que j'ai appris à Nevers où devant, " ça cassait la gueule à Nevers " si je peux dire. C'est vrai que ce sont mes meilleures années. Mon gros point faible, c'est l'attaque. Je préfère faire le travail de l'ombre que de toucher 10 000 ballons. Parfois, il faudrait que je me montre un peu plus mais je suis plus à l'aise dans les tâches dîtes " ingrates ". Et puis, je suis mauvais perdant, je déteste perdre. »

CSB : « Avoir Ephraïm Taukafa comme entraîneur des avants, c'est un gros plus quand on est pilier ? »

GB : «  S'entraîner avec Epha, ce n'est que du bonheur. Quand tu vois sa carrière et son palmarès, quand il parle, tu ne l'entends pas mais tu l'écoutes. Avec lui, tu ne peux que progresser, surtout quand tu joues 1ère ligne. Il est vrai que sa présence a aussi motivé mon choix de venir jouer à Beaune. »

CSB : « Comment juges-tu la poule du CS Beaune pour cette seconde saison en Fédérale 1 ? »

GB : « C'est une poule avec 4 promus donc on ne sait pas trop ce que ça peut donner. L'objectif est le maintien et la qualification en Du Manoir serait un joli bonus. On a un groupe qui mérite de se qualifier, tout le monde est impliqué et se donne à fond. Si on fait tout ce qu'il faut sur le terrain, il n'y a pas de raison que cela ne passe pas. Il faudra se montrer intraitables à domicile mais aussi gagner des matches à l'extérieur. C'est typiquement français de se focaliser sur les rencontres à la maison mais c'est la même équipe que tu affrontes à l'aller comme au retour, pourquoi faire une différence selon que tu joues chez eux ou chez toi ? »

CSB : « Un petit mot sur notre premier adversaire Massy ? »

GB : « C'est une équipe que je connais bien car je l'ai beaucoup affrontée avec Nevers. Leur effectif de cette année est plus jeune que le groupe Pro D2 de la saison dernière mais on connaît la valeur de sa formation. Qu'on joue Massy lors du premier match ou en milieu de championnat, pour moi, ça ne fait pas de différence. Mais ça va être un défi intéressant. Que leur groupe reste inchangé ou pas, de toute façon, on doit les jouer et faire le maximum. »

CSB : « Et quel objectif personnel te fixes-tu pour cette saison ? »

GB : « Simplement jouer un maximum, prendre un maximum de plaisir et pourquoi pas aller plus loin en phases finales avec tout le groupe. »

CSB : « Si Gallien Belleville devait décrire Gallien Belleville en trois mots, quels seraient-ils ? »

GB : « Simple, mauvais perdant et combattif. »

CSB : « Et y a t-il une devise qui te correspond ? »

GB : « Elle vient de Cédric Descaillot. Je n'ai connu ni l'homme ni l'entraîneur mais cette phrase m'a marqué : " Tout donner pour ne rien regretter. »