Portrait de recrue : Juan Mangione

07 Août 2019 - Actu Equipe A

C’est un très joli coup qu’a réussi le CS Beaune en faisant signer le joueur d’origine argentine Juan Mangione. Fort d’une grosse expérience, le centre de 31 ans, 1m82 pour 96 kgs, sera sans nul doute une plus-value de choix pour les lignes arrières beaunoises. Très motivé pour amener le CS Beaune vers son objectif de maintien, il nous a parlé de son parcours et de ses ambitions sous ses nouvelles couleurs.

CSB : « Quel a été ton parcours rugbystique entre l’Argentine et la France ? »

JM : « J’ai commencé le rugby à 5 ans dans ma ville de Mendoza, au Liceo Rugby Club. Mais, comme il est très difficile en Argentine de devenir joueur professionnel, j’ai décidé de venir tenter ma chance en Europe. Je suis resté un an en Espagne de 2009 à 2010 mais le rugby là-bas correspondait plus à de l’intérim qu’à un vrai travail. Du coup, l’année d’après, j’ai rejoint la France et le club de Chambéry. J’y suis resté 4 ans et en 2015, je suis parti à Montauban qui évoluait en Pro D2. Puis retour à Chambéry pendant 2 saisons en Fédérale 1 élite. Alors que le club pouvait prétendre à la montée, il y a eu des soucis financiers. Je suis alors parti à Strasbourg mais dès mon arrivée, le club a été relégué en Fédérale 2 avant d’être dissous. Ce fut une expérience vraiment difficile à vivre surtout que n’avons plus joué depuis Février puisqu’à cause de la situation judiciaire du club, nous n’avions pas le droit de trouver une autre équipe. Du coup, il me fallait vraiment un nouveau club et un nouveau challenge. »

CSB : « Quelles sont les différences entre le rugby en Argentine et le rugby en France ? »

JM : « En Argentine, on essaie de pratiquer le même rugby que les équipes du sud. En Europe, on est plus sur du jeu fermé et des ballons portés même si ça commence à changer aussi. Mais je crois que la plus grosse différence est sur l’identité. On ne fait pas venir de joueurs étrangers, on est tous argentins avec une vraie identité. Ca se ressent au niveau de l’équipe nationale : on doit se battre pour son maillot, son origine. On voit les joueurs qui donnent tout et qui s’accrochent même si le niveau n’est plus ce qu’il était. Il faut une identité avec les joueurs. »

CSB : « Et comment as-tu choisi le CS Beaune ? »

JM : « J’ai été contacté par beaucoup de clubs : Bourgoin, Dijon, Narbonne, Massy. Et puis, mon agent m’a parlé de Beaune et son projet de s’installer durablement en Fédérale 1. J’ai un bébé de 5 mois, c’était important pour moi de penser à ma famille en leur assurant un joli cadre de vie. La ville m’a beaucoup plu et comme en plus, ma femme a un diplôme dans le vin, c’était vraiment une bonne occasion de tout concilier. J’ai privilégié la ville, les alentours et le confort de vous. Et je suis très content de pouvoir jouer au rugby avec cette équipe. »

CSB : « Ton intégration s’est faite naturellement ? »

JM : « Sans souci ! Toute l’équipe est très sympa et on a été très bien accueillis. Je connaissais déjà Santiago Iglésias (Argentin comme lui NDLR), Savenaca Tabakanalagi qui était aussi à Strasbourg la saison dernière. Je savais qu’il était aussi en contact avec Beaune mais ça n’a pas influé mon choix de venir ici. Il y a aussi Kevin Perrier que j’avais croisé à Chambéry. Le CS Beaune n’est pas un club tout à fait professionnel donc l’ambiance est différente, on se sent plus à l’aise. Il n’y a pas cette concurrence malsaine qu’on peut retrouver ailleurs. »

CSB : « Quel genre de joueur es-tu ? »

JM : « Un joueur avec beaucoup de caractère ! Je veux apporter mon expérience, que tous les joueurs soient motivés sur le terrain. Je vais mettre au service de l’équipe, je ne suis qu’un joueur parmi les autres. Au niveau technique, je suis un joueur qui cherche les espaces, les intervalles et qui aime jouer avec les autres. Je marque en moyenne 6 essais par saison, je suis bon finisseur. Au centre, il faut s’y filer donc je m’engage beaucoup en défense. Et puis, je suis un joueur de match plus que d’entraînement. Cela ne sert à rien de se casser la tête avec ses coéquipiers à l’entraînement. Par contre, les jours de match, je m’arrache, je suis ambitieux. »

CSB : « J’imagine que tu as évolué depuis tes débuts en Argentine ? »

JM : « Déjà, j’ai fait de gros efforts pour apprendre le français (rires) ! C’était indispensable pour m’adapter et surtout comprendre les systèmes de jeu. Si on ne connaît pas les codes, on est perdu sur le terrain et donc on n’est pas performant. J’ai aussi appris à jouer au poste d’arrière. Je me suis beaucoup entraîné, j’ai progressé surtout sur les esquives. Je ne vais pas forcément chercher le contact mais plus à créer des espaces. »

CSB : « Comment juges-tu le niveau de la Fédérale 1 en général et de la poule du CSB en particulier ? »

JM : « Lorsque j’étais à Chambéry, il y avait une très grosse différence entre les 4 premières équipes et les autres. A l’époque, il y avait Rouen, Nevers, Massy, des équipes à très gros budgets contre lesquelles il était difficile de lutter. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus équilibré et les équipes qui montent ont de plus en plus un bon niveau. Si quelques équipes se détachent un peu du lot, ça reste quand même très homogène. Je pense que notre poule est assez dure, pas la plus dure mais presque. C’est bien de tomber contre Massy dès le premier match parce-que ni eux ni nous ne serons encore rôdés. Ce sera une belle occasion de voir où on en sera dès le début. »

CSB : « Quels sont tes ambitions pour le CS Beaune cette saison ? »

JM : « Le maintien évidemment mais je suis sûr qu’on peut réussir quelque chose, jouer le haut du tableau et même accrocher une qualification en du Manoir. Pour se maintenir, il faudra que l’on soit intouchables à la maison. C’est chez nous qu’on doit commencer par se faire respecter. A l’extérieur, il faudra s’enlever de la tête qu’on ne vaut pas les grosses équipes et aller chercher tous les points possibles. C’est comme ça qu’on progressera. Et il nous faudra aussi une grosse défense. Un coach argentin m’a dit un jour « Avec une attaque, on peut gagner des matches. Avec une défense, on peut gagner des championnats » ».

CSB : « Si Juan Mangione devait décrire Juan Mangione en 3 mots, que dirait-il ? »

JM : « Ambitieux, combattant et un bon ami. »

CSB : « Et quelle serait sa devise ? »

JM : « Il faut savoir rester solidaires et optimistes quand ça ne va pas. »