Première réussie pour le centre de perfectionnement

05 Mars 2019 - Actu U18U16

Lorsque le centre de perfectionnement du CS Beaune a vu le jour fin août 2018, l’objectif était de proposer aux jeunes ayant envie de vivre pleinement leur passion du rugby une alternative au Pôle Espoir et au CREF. Ils sont une quinzaine à avoir tenter l’aventure, en U16 et en U18. Certains ont fait des concessions, comme devenir internes dans les lycées Beaunois. Car être au centre implique de s’entraîner tous les jours mais également d’avoir des résultats scolaires qui tiennent la route. Alors que les inscriptions pour la saison 2019-2020 pour les jeunes nés en 2002/2003/2004/2005 viennent d’être lancées (voici le lien pour télécharger le dossier de candidature https://www.fichier-pdf.fr/2019/03/04/dossier-de-candidature/), on vous propose un petit bilan de ces premiers mois d’activité.

A la tête du centre, dont il a entièrement monté le projet, Alex Gilot est plutôt satisfait des débuts : « Pour une première saison, c’est bien. On respecte le plan promis avec le suivi tant sportif que scolaire et médical, les repas pris en commun le mercredi. Les joueurs issus du club ont mis un peu de temps à s’adapter à la surcharge de travail par rapport à ceux qui avaient connu le CREF mais tout le monde a progressé. »

Car, que les choses soient claires, on ne vient pas au centre en dilettante : « Ce n’est pas un centre de vacances. Les jeunes sont là pour travailler. Le plus compliqué, c’est de concilier scolarité et rugby. Certains délaissent les études et ce n’est pas le but. On fait très régulièrement le bilan avec les professeurs des divers lycées et celui dont les résultats ne suivent pas est suspendu de centre. Ceux qui font vraiment des efforts dans ce domaine sont réintégrés. Le but du centre est d’avoir des jeunes « complets » ».

Si certains détails doivent encore être réglés, il s’agit avant tout de logistique interne. Alex Gilot ne serait d’ailleurs pas contre un terrain supplémentaire : « Nous n’avons pas de solution de repli lorsque tombent les interdictions de terrain en hiver. Pourtant, l’idéal serait de pouvoir s’entraîner toute l’année. On compense avec des séances de physique en salle de musculation mais, même si ça permet de travailler le physique de façon plus intense, ça ne remplace pas le jeu. »

Il tire un bilan positif de l’expérience à mi-parcours : « A titre personnel, ça me permet de voir autre chose qu’en l’entraînement seul d’une équipe. Grâce au centre, il y a de sacrés liens d’amitié qui se sont noués entre des joueurs de différentes catégories. C’est comme cela qu’on arrivera à avoir de la cohésion, à donner envie aux jeunes de rester au club et de jouer avec les copains. »

Et les mieux placés pour parler du centre, ce sont les jeunes eux-mêmes. Simon Breuil (U16 2e année) et Romain Meurat (U18 passé espoir en cours de saison) font partie de cette première promotion. Et ni l’un ni l’autre ne regrettent leurs choix.

CSB : « Que pensez-vous de la création du centre de perfectionnement ? »

RM : « C’est vraiment une bonne chose. Je pense que ce genre de structure manquait au CS Beaune pour que nous les jeunes puissions progresser. »

SB : « Ca nous fait progresser physiquement et mentalement. C’est seulement ma 2e année de rugby et ça m’aide à être moins timide sur le terrain ».

CSB : « Qu’est-ce qui vous paraît le plus difficile ? »

RM : « S’entraîner après les cours et enchaîner avec les devoirs à la maison. On s’entraîne plus de 10h par semaine alors il faut s’adapter pour suivre le rythme. »

SB : « Ca demande des sacrifices, notamment en ce qui concerne notre temps de repos ou nos autres loisirs. Mais ça vaut le coup ».

RM/SB  : « On est jugés tant sur le rugby que sur notre scolarité. On regarde nos notes, notre comportement. Mais c’est normal car c’est important de donner une bonne image du club et ça passe également par le scolaire. »

CSB : « A titre personnel, que vous apporte le centre ? »

RM : « J’ai beaucoup progressé sur la technique mais également sur le mental pendant les matches. J’ai 12 ans de rugby derrière moi mais il y a des moments où j’aurai craqué sur le terrain. Avec le centre, j’ai appris à mieux gérer et appréhender les situations compliquées. En match, je ressens vraiment cette différence. »

SB : « Vu que je ne joue que depuis un an, j’avais beaucoup de choses à apprendre. J’ai amélioré ma qualité de passes, ma vitesse et tous les secteurs de jeu que je ne comprenais pas forcément très bien en tant que nouveau. Ca m’a aussi beaucoup aidé à gagner en sociabilité. »

CSB : « Expérience réussie alors ? »

RM/SB : « Ce n’est que du positif. Même si le rythme est intense, on s’y fait. C’est clair que si on demande à venir au centre, ce n’est pas pour être passif. Il faut le vivre à fond et tous les jours. Tu signes pour tout le long mais il faut s’accrocher car ça en vaut vraiment le coup ».

Si Romain ne fera qu’une année au centre, âge et études oblige, Simon lui re-signera sans hésiter l’an prochain car  : « Je compte bien continuer à progresser et c’est avec le centre que j’y arriverai ».