Si loin, si proches

24 Janvier 2018 - Actu Equipe B

Il est étrange de voir comme parfois un score ne reflète pas la physionomie d'un match à 100 %. Certes, contre Nuits, la réserve s'est lourdement inclinée 33 à 0. Certes, dire qu'ils auraient pu l'emporter serait d'une totale mauvaise foi. Certes, force est de constater que le voisin de la côte était un ton au-dessus. Mais pourtant, nos jeunes beaunois n'ont pas fait mauvaise impression, loin s'en faut. Ils ont essayé, tenté mais ont échoué. Cela arrive parfois. Le terrain et le temps ont fait que passer par les ailes et les arrières était quasi chose impossible. Mais dans le combat, ils ne se sont jamais échappés.

Cueillis à froid par un essai transformé dès la 3e minute de jeu, ils ne se sont pas rendus les choses faciles. Laisser Nuits camper dans leur camps pendant près de 30 minutes ne les a pas aidés non plus tant ils ont débauché d'énergie en défense. Mais ils n'ont pas plié et ont réussi à garder la ligne infranchissable. On s'est même pris à rêver avec une échappée belle à grandes foulées de Quenot qui n'échoua qu'à 15 mètres de la ligne. Mais ce sont les visiteurs, un poil plus lucides qui planteront la 2e banderille à la 38e. Et puis, les bleus jouent de malchance avec deux blessés en l'espace de trois minutes. 0-12 à la pause, franchement, ça aurait pu être pire.

A la reprise, nos beaunois vont faire jeu égal avec les noirs du CSN. Le pack, emmené par un Adrien Ducreux au four et au moulin va pousser de toutes ses forces mais il manquera le geste de la finition pour espérer remonter au score. Un en-avant par ci, un ballon qui s'échappe par là et c'est Nuits, plus opportuniste, qui trouvera la faille par deux fois à la 50e et à la 61e.

Alors oui, le score est sévère mais l'équipe a du potentiel et surtout du courage. Parce qu'ils n'ont pas abdiqué mais surtout parce-qu'ils ont joué ensemble malgré les douleurs. Nos jeunes apprennent et apprendront encore. On ne se satisfait bien évidemment pas d'une défaite mais on apprécie quand tous les espoirs restent permis. Alors, pourquoi pas aller chercher un résultat à Clamart, histoire de dire qu'ils n'en bavent pas pour rien ?

NB : Une pensée pour nos deux blessés du jour, Cyprien Perchaud et Gaylord Basiletti en espérant qu'ils se remettent très vite. Et petite dédicace à Alex Gilot, notre entraîneur U18, qui a assuré le coaching et ainsi retrouvé beaucoup de ses anciens juniors, Karim Malek étant appelé avec l'équipe première.

Les galeries photos associées