Thomas Lanny : " Ils doivent arrêter de partir battus d'avance "

17 Janvier 2020 - Actu U18

Décidément, cette saison n’est pas des plus évidentes pour les U19. A nouveau défaits face à Lons-le-Saunier samedi dernier, nos jeunes joueurs ont du mal à trouver un allant sur le terrain alors que, rugbytisquement parlant, rien ne semble pourtant clocher. Il y a du monde aux entraînements, ils savent ce qu’ils font, jouent ensemble depuis longtemps pour certains et surtout, les qualités sont indéniables.

Qu’est-ce qu’il manque donc pour gagner ? Peut-être tout simplement un petit supplément d’âme, certes pas toujours évident à aller chercher quand on a 16 ou 17 ans mais qui pourraient résoudre bien des problèmes et surtout, qui leur ouvrirait enfin les portes d’une victoire qui les fuient depuis trop de matchs maintenant.

Contre Lons, il y avait la place pour passer car le rugby était, on le répète, présent. On a vu de belles choses et avec un brin de confiance en plus, le résultat aurait pu être autre. Mais le pragmatisme lédonien a fait la différence pour que ces derniers l’emportent 3 à 15. Nos U19 ont cependant eu au moins 3 voire 4 franches occasions de score mais il manquait l’assurance dans le dernier geste.

Demain, ce sera le derby contre Nuits-St-Georges, une bonne occasion de se surmotiver pour aller chercher un résultat qui pourrait faire office de détonateur et qu’enfin nos jeunes joueurs puissent se lâcher et lancer leur saison. Car non seulement ils le méritent mais ils en sont surtout capables.

Cela redonnerait du baume au cœur de tout le monde, à commencer par celui de Thomas Lanny que nous avons rencontré à l’issue du match contre Lons.

Réaction

CSB : " On t'avait quitté pas très heureux avant les fêtes lors du dernier match à domicile face à Besançon. Comment on te retrouve en cette année 2020 ? "

TL : " On prend les mêmes et on recommence (rires). Encore un match qu'on peut gagner et qu'on ne gagne pas. Il y a toujours les mêmes soucis, tout le temps des fautes de main. On fait une entame où on est chez eux mais où on ne score pas alors qu'eux viennent 30 secondes et marquent un essai. On retourne chez eux, on ne marque pas et on prend un contre, une pénalité, trois points et terminé. "

CSB : " C'est un peu le problème que l'on ressent. Ils baissent les bras très vite ? "

TL : " Oui, ils ne veulent pas gagner les matchs. Dès qu'ils sont derrière au score, le match est en fait perdu. Si par exemple ils mènent 3-0, j'ai l'impression qu'ils se disent " on va gagner ". Ils jouent, ils sont en confiance, ils marquent et ils gagnent. Mais, dès qu'ils sont derrière au score, ils perdent parce qu'ils n'arrivent jamais à repasser devant. Je ne sais pas, c'est bizarre. A la fin, on essaie de faire des trucs mais ils ne marquent jamais. Franchement, je ne sais pas quoi dire."

CSB : " C'est vrai que cela fait plusieurs fois qu'on voit une tentative de rébellion mais en dernière minute ? "

TL : " Oui, c'est trop tard et je ne sais même plus quoi dire. Tous les week-ends, c'est pareil. Notre dernière victoire remonte à Pontarlier, on a gagné parce qu'on menait au score au départ du coup, on gagne le match. Et tous les autres matchs de la saison depuis Pontarlier, ce n'est que ça. On est derrière au score, on ne revient jamais. On essaie de revenir mais on perd de trois points, aujourd'hui c'est de 12 et voilà. "

CSB : " Si on voulait faire un peu d'humour, je te demanderai si tu crois avoir besoin d'un prépa mental ? "

TL : " En vrai, je crois. Je crois, sans mentir, qu'ils n'ont pas de mental. Mais, au-delà de ça, il y a la préparation du match, plein de trucs comme ça qui font que je me demande s'ils ont vraiment envie de jouer. C'est ce que je disais en rigolant tout à l'heure sur le banc de touche à Alex (Mancini) et JP (Botha), le mieux serait peut-être de ne pas s'entraîner et de venir uniquement le samedi. Je pense qu'on gagnerait du temps. 

CSB : " C'est peut-être à tenter ? "

TL : " Je me le demande. Demain, c'est notre dernier match et c'est à Nuits-Saint-Georges. C'est un derby, je pense qu'ils seront remontés comme des pendules mais, si on fait le même match qu'aujourd'hui, on va en prendre 50."

CSB : " On te sent un peu désabusé. Quelle solution tu vois à l'heure d'aujourd'hui ? "

TL : " Oui, vraiment désabusé. Je n'ai même plus les mots, je ne sais plus quoi dire, je ne sais plus quel discours leur tenir. On a essayé 50 trucs, ça ne marche pas. On fait des repas, ça ne va pas. On a l'impression que dès qu'il y a quelque chose, rien ne va. Il n'y a jamais rien de positif et le pire, c'est qu'eux ne le sont jamais. Ils sont tout le temps dans le négatif et là, je ne comprends pas, j'ai zéro solution. Moi comme JP comme Alex, on ne sait pas quoi faire. "

CSB : " C'est compliqué et dur. C'est vrai que, pour un entraîneur, ce sont des situations qui ne sont pas faciles ? "

TL : " Oui, d'autant plus à cet âge-là. Ils sont censés venir au rugby parce qu'ils ont envie de jouer mais ce n'est pas l'impression qu'ils donnent. "

CSB : " Là, pour le coup, on a l'impression qu'on est hors-rugby. On est dans quelque chose de plus personnel ? "

TL : " Oui. Est-ce qu'ils ne s'entendent pas ? Est-ce qu'ils ne sont pas contents de jouer avec le mec qui est à côté d'eux ? Je ne sais pas, c'est bizarre. Et même de l'extérieur, en plus, tout le monde le voit. Il n'y aurait que nous, on se dirait que le problème vient de nous. Mais tout le monde le voit donc, je ne suis pas sûr que le souci vienne de nous. Nous, on se pose énormément, énormément de questions, on se remet tout le temps en cause après chaque match puisqu'à chaque match, c'est pareil. Donc, on se dit " est-ce qu'on a mal fait ci ou ça ? ". Eux, j'ai l'impression qu'ils ne se remettent jamais en question. Le match est perdu et il y en a la moitié qui était en train de rigoler. "

CSB : " Du coup, comment tu abordes la semaine avant le derby nuiton ? "

TL : " Comme les autres et on verra. On va essayer de préparer le match au mieux. Là, on l'avait bien préparé, on avait repris le vendredi 3 avec une douzaine de joueurs qui étaient présents. Mercredi, on était 20, vendredi, 25. 

CSB : " Donc, ce n'est même pas un problème d'entraînement ou de manque d'effectif à l'entraînement ? "

TL : " Non, sur cette semaine, il n'y a rien à dire.  La plupart était présent, presque tout le monde même. Mais, je ne sais pas ... On va mettre ça sur le compte des Fêtes et la semaine prochaine, ça ira mieux. C'est en tous cas ce qu'il faut souhaiter. "