Un Beaunois au Pôle Espoir

23 Avril 2019 - Actu U16

Il y a environ un an, nous avions rencontré Max Clément, joueur U16 au CS Beaune, qui rêvait d’intégrer le Pôle Espoir de Dijon. Les tests réussis en poche, il a intégré la structure au mois de Septembre 2019. Agé de 15 ans, c’est ainsi qu’il entama sa 10e saison au club tout en participant aux rencontres avec l’équipe Alamercery. Celui qui joue tant demi de mêlée que demi d’ouverture revient sur son expérience au sein du Pôle.

CSB : « Comment s’est passé ton arrivée au sein du Pôle Espoir ? »

MC : « Je voulais vraiment intégrer cette structure pour connaître le haut niveau dans ma catégorie d’âge et avoir une chance d’intégrer les équipes de France jeunes et pourquoi pas plus tard un club professionnel. C’est très exigeant, tant techniquement que physiquement. Cela nous permet de progresser rapidement avec le matériel qui est mis à notre disposition, la salle de musculation, les terrains. En plus, on échange beaucoup avec les U17 et U18. C’est à la fois sympa et très motivant. On a également des séances vidéo une semaine sur deux. On travaille un peu sur tout, on debrieffe le match du week-end, on analyse les techniques de jeu ou on regarde les matches des équipes de France jeunes. On a également des séances de préparation mentale et de diététique. Je ne regrette pas mon choix une seule seconde. »

CSB : « Comment se fait ton évolution rugbystiquement parlant ? »

MC : « A l’école de rugby puis en U14, mon poste (9/10) se dessine simplement mais on ne va pas chercher en profondeur. C’est cette année au Pôle que j’en ai vraiment découvert toutes les spécificités. C’est une évolution constante au niveau des techniques et des formes de jeu. On se rapproche de plus en plus du haut niveau. C’est vraiment passionnant d’apprendre toutes ces choses. Pour donner deux exemples, j’ai notamment beaucoup progressé dans la gestion de déplacement des avants et le choix du jeu à appliquer en fonction des situations. »

CSB : « Et comment arrives-tu à cumuler scolarité et sport ? »

MC : « Je suis en seconde et le début fut laborieux. Ca a été compliqué de conjuguer entraînements, séances vidéos, temps de repos et les devoirs. Le pôle fait très attention à nos résultats scolaires. Mais la charge de travail est celle d’un élève normal donc, une fois mes marques prises, je m’y suis fait. »

CSB : « Depuis tes débuts au Pôle, as-tu listé tes points forts et tes points faibles ? »

MC : « L’exigence ici est beaucoup plus élevée qu’en club car on rencontre des équipes beaucoup plus fortes qui s’entraînent sur le même rythme que nous. On garde les bases mais avec une grosse progression au niveau physique et technique. On travaille surtout sur nos points forts afin de les améliorer de semaine en semaine. A titre personnel, j’ai beaucoup bossé les plaquages qui me faisaient un peu défaut. On discute beaucoup avec les encadrants, ça aussi ça nous permet d’avancer et d’évoluer. Et dans mon rôle de 9, j’ai progressé dans tous les secteurs. J’ai aussi appris à aimer la musculation, même si je n’avais rien contre avant. Je me rends compte qu’on en a besoin pour être bien sur le terrain. »

CSB : « As-tu déjà un meilleur souvenir de ces quelques mois au Pôle ? »

MC : « Ma participation à la sélection parmi les 60 meilleurs joueurs de ma catégorie. Paradoxalement, c’est aussi le plus mauvais puisque je me suis blessé (fracture des 2 malléoles, NDLR). C’était la première fois que je participais à un rassemblement de cette ampleur et j’étais dégoûté de ne plus pouvoir jouer. Mais quand on a eu nos entretiens d’après sélection, on m’a dit que j’étais classé dans le Top 5 alors que je n’avais joué que 30 minutes. Ca m’a vraiment fait plaisir et ça m’a prouvé que tout le travail fourni payait. »

CSB : « Et maintenant, quels sont tes objectifs ? »

MC : « Sans hésiter, l’équipe de France U17 puis U18 qui est mon rêve depuis longtemps. Pour cela, je vais continuer à travailler avec la même intensité que cette année, à m’interroger et surtout demander des conseils aux 17/18 ans. On s’entraîne beaucoup avec eux et leur expérience nous aide et nous est nécessaire. Même si le plus important est de rester concentré sur nous-mêmes. »