Vincent Besson : " Vraiment content d'entrainer une équipe comme celle-là "

16 Janvier 2020 - Actu U16

Ce qu’on peut retenir de cette équipe U16, c’est qu’elle a quand même une sacrée force de caractère. Mis en difficulté lors de la première mi-temps de leur rencontre contre Lons samedi dernier, les jeunes joueurs ont su relever la tête et montrer qu’ils avaient les crocs pour finalement l’emporter lors d’un match un peu fou sur le score de 36 à 33.

La rencontre tournait très vite à l’avantage des visiteurs en première période, les bleus ayant un peu de mal à rentrer dans ce match de reprise. Un poil de fébrilité, un poil de manque d’attention, un poil de gourmandise, il n’en fallait pas plus aux Lédoniens pour se sentir pousser des ailes et prendre l’avantage au score 12 à 21 à la pause.

Les coachs Boudot et Besson sortirent alors le discours qu’il fallait pour remobiliser les troupes. Et c’est un tout autre visage que montraient les U16 à la reprise puisqu’ils parvenaient à inscrire deux essais en moins de 10 minutes et à reprendre l’avantage. S’en suivit alors un mano à mano qui durera jusqu’à la fin du match, Lons ne lâchant jamais rien et rendant action pour action, venant ainsi mourir à 3 points au coup de sifflet final.

Un match riche d’enseignements pour les joueurs qui ont non seulement préservé le score mais également leur invincibilité. Et un comportement qui a fait plaisir au coach des avants, Vincent Besson.

Réaction :

CSB : « On a vu deux visages de l'équipe U16 aujourd'hui. Une première mi-temps plutôt apathique, une belle partie de manivelles en deuxième, qu'est-ce que tu en as retiré ? »

VB : « Nos joueurs sont jeunes donc c'est assez compliqué pour eux de se mettre tout de suite dans un match. J'ai vu qu'ils étaient un peu en-dedans au moment de l'échauffement et même dans le vestiaire. Il y avait beaucoup de vestiaires, les mecs n'étaient pas trop mobilisés. C'est pour ça je pense qu'on prend vraiment la pression au début du match avec une équipe en face de nous qui a de très grosses individualités. Avec Kevin, je pense qu'on a su trouver les mots et les remobiliser pour qu'ils puissent enfin envoyer leur jeu, se rendre la tâche plus facile et gagner ce match. »

CSB : « On a noté " deux points noirs " qui ont été le plaquage et le défaut de soutien. Cela s'explique par ce que tu disais, un léger manque de motivation au début ? » 

VB : « C'est vrai qu'on a plusieurs joueurs avec de grosses individualités qui arrivent à gagner beaucoup de terrain mais le soutien n'était pas tout de suite là. C'était un manque de combat mais c'est aussi dû au fait qu'on a une équipe qui veut mettre beaucoup de volume de jeu, qui touche beaucoup de ballon. Les joueurs veulent tout de suite prendre les espaces, ils ont de très grosses qualités de technique individuelle donc parfois, ils ont un peu de mal à trouver la frontière entre mettre le combat, la conversation et jouer les ballons sur tous les coups. C'est un milieu à trouver et je pense qu'ils vont y arriver. » 

CSB : « On va parler un peu plus de ton rôle en tant que coach des avants. Qu'as-tu pensé de la prestation de ton 8 de devant aujourd'hui ? » 

VB : « Toujours compact en mêlée. On a des gabarits qui sont vraiment légers par rapport aux équipes d'en face, on n'a pas de " pilier solide " mais on arrive en mêlée à avoir nos ballons et peut-être même à en récupérer un. Sur nos touches, malgré les conditions, on a quand même réussi à avoir pas mal de ballons. On a encore beaucoup à travailler sur les lancers et la qualité des lifts avec des joueurs qui ne sont pas tout le temps aux postes. On a des 3es lignes qui lancent, on a un centre qui vient de passer 3e ligne donc c'est vrai qu'il faut que le travail continue mais je suis quand même satisfait de mes joueurs parce  qu'ils sont très à l'écoute. C'est un bon groupe de gamins. » 

CSB : « Justement, quelle est ta base de travail à l'entraînement ? » 

VB : « Moi, j'essaie toujours d'opter sur " la même routine ". Je ne parle pas des mêmes exercices mais toujours les mêmes schémas d'entraînement avec une première partie un peu de jeu, un peu ludique. Après, on passe quand même à chaque fois sur beaucoup de gainage et de posture pour les avants. Ensuite, du travail vraiment classique sur de la touche, de la répétition et j'essaie de mettre les joueurs face aux conditions qu'ils peuvent rencontrer en match. C'est à dire que je les mets en difficulté, je leur enlève un joueur, je fais par exemple comme s'il y avait eu un carton jaune. J'essaie de les faire grandir un peu au lieu de rester dans la répétition et de gérer ça comme une marionnette. J'essaie de les faire apprendre tous seuls. » 

CSB : « Sur le match d'aujourd'hui, il y a 12-21 pour Lons à la mi-temps. Est-ce que vous vous êtes dit que ça allait être la première défaite des U16 depuis le début du championnat ? » 

VB : « Oui, on y a pensé. Après, avec Kevin, on est confiant, on connaît nos joueurs. On a vu en eux qu'ils avaient peur, c'était la peur de perdre, et ils se sont rendu compte qu'ils n'étaient vraiment pas dedans. Mais on a tout de suite eu les mots et on sait qu'on a les individualités pour, les leaders pour donc le doute n'a pas duré bien longtemps. » 

CSB : « En effet puisqu'on a vu dès la reprise deux essais en 8 minutes ce qui leur a permis de passer devant. Mais ça a été chaud jusqu'au bout ? » 

VB : « Oui, chaud jusqu'au bout. A 10 minutes de la fin, on a 8 points d'avance, on essaie de tenir le score, on essaie de marquer. Mais on prend un essai sur un contre et l'arbitre siffle la fin du match donc, tout est tombé au bon moment. » 

CSB : « Avant d'aller affronter Mâcon ce samedi, quels sont les enseignements que vous allez tirer de la belle mais difficile victoire contre Lons ? » 

VB : « Tout d'abord, on va essayer de mobiliser les joueurs plus tôt dans la préparation avant le match pour vraiment qu'ils se concentrent un peu plus tôt, qu'ils se mettent dans leur rôle un peu plus tôt pour ne pas qu'on vive le même début de match qu'aujourd'hui. On sait que, contre une équipe de Mâcon qui est deuxième, ça va être très compliqué. Et, si on commence à prendre 3, 4 essais, je doute qu'on ait les ressources pour relever la tête avant de prendre l'eau. » 

CSB : « Mais bon, à ce jour, toujours invaincus, toujours un groupe qui vit bien. Pleine satisfaction à l'heure d'aujourd'hui ? » 

VB : « Oui, c'est vrai que les gamins ont le sourire en venant aux matchs, ils s'entendent tous bien, ils sont tous copains. Vraiment, je suis content d'entraîner une équipe comme ça. Invaincus au mois de Janvier, c'est quand même rare donc, on va essayer de continuer comme ça. Après, ce sont des gamins, ils ont le droit à l'erreur, de parfois faire un peu n'importe quoi, ils ont le droit de perdre. Ils apprennent mais on va se préparer pour la suite de la saison et tout va bien aller. »