David Fleurence, nouveau coach principal des espoirs

03 Juillet 2020 - Actu Espoirs Fédéraux 1

David Fleurence a choisi de s’engager avec notre équipe espoir en tant qu’entraineur principal ! Conscient du challenge qui l’attend, il est plus que jamais motivé pour relever le défi de permettre à nos jeunes de moins de 23 ans d’accéder à leur meilleur niveau tant individuellement que collectivement !

Communiquant, avec un sens relationnel aigu, à l’écoute, pédagogue et force de proposition, il a éprouvé sur différents terrains sa capacité à former, manager, accompagner avec l’envie et la satisfaction de permettre à chacun de ses protégés d’arriver au sommet de son art.

J’ai le plaisir de vous faire partager quelques minutes de notre long et riche échange.

Sandrine : David, qui es-tu?

David (hésitant) : Qui je suis ? Bonne question……. (rires).

(L’idée n’étant pas de se lancer dans une grande introspection existentielle, je réitère ma question.)

Sandrine : David, qui es-tu …simplement et en quelques mots.

David : Je suis David Fleurence. J’ai 46 ans. Je suis depuis 2014, responsable d’un organisme de formation sur les métiers du sport à Mâcon, où je suis également formateur. C’est ce qui m’a permis d’ailleurs de côtoyer un certain nombre de joueurs du CSB qui préparent chaque année des DE JEPS, des BP JEPS.. Auparavant, durant 3 ans j’ai été Directeur sportif et général du COCB, (club du Creusot) ainsi qu’entraineur. A Macon, déjà en F1, je fus également préparateur physique.Depuis 2004, j’ai également endossé le rôle de CTR pour la ligue du centre, de formateur au CFA des métiers du sport à Orléans…etc…

Sandrine : OK pour le riche CV David, mais qui es-tu …également ? (qu’il se dévoile un peu tout de même !!....)

David :  Je suis Bourguignon, originaire de Saint Martin du Lac, club de 1ere et 2eme série. J’ai commencé le rugby à l’âge de 6 ans. J’ai donc 40 années de licence de rugby. J’ai joué une vingtaine d’années au poste de talonneur et j’entraine depuis l’âge de 18 ans. Ce qui m’a plu dans mon parcours, c’est de travailler au pôle espoir et au pôle France. Travailler avec des joueurs qui sont dans l’attente, qui ont envie de progresser,de s’épanouir.Ce que je retiens de mon travail plus généralement : C’est de savoir que j’ai permis d’amener des joueurs ou des jeunes en formation à leur meilleur niveau, de les faire progresser, de les voir s’épanouir et la satisfaction de leur reconnaissance

Sandrine : Pourquoi avoir choisi de t’engager avec le CSB ?

David : J’ai fait un break d’une année en tant qu’entraineur. J’avais besoin de de temps pour moi et pour aller sur la coupe du monde de rugby au Japon. Entrainer, ça me manquait ! Bosser sur des moins de 23 ou moins de 21 qui ont envie de progresser cela me correspond ! Et l’opportunité s’est présentée avec Seb ( Magnat, l’entraineur de l’équipe première) qui est quelqu’un que j’apprécie ! Comment ça s’est passé ? Seb, avec qui j’ai entraîné par le passé à Mâcon, m’a appelé pour avoir des renseignements sur les formations dispensées par mon organisme et ensuite il m’a parlé du club, des espoirs et du challenge auquel l’équipe dirigeante du club s’est attelée depuis quelques semaines.J’ai rencontré le président, André Goichot, et j’ai bien aimé la rencontre avec lui. Il m’a expliqué clairement la situation sans demi-mesure, telle qu’elle est ou plutôt qu’elle était ! Parce que j’ai bien senti qu’il souhaite avancer sur le dossier. Qu’il y ait des problèmes, comme dans tout club ou toute entreprise, c’est un fait inéluctable. Mais là, j’ai compris, que s’il y a problème, on en discute. Et on avance.

Il y a un challenge important qui me motive, m’intéresse, me met en mouvement….. et le fait que Willy (Michael Wilson) dise oui pour coentrainer à mes côtés est top ! Si j’avais dû choisir quelqu’un pour entrainer avec moi c’est lui que j’aurais choisi !. Cela faisait longtemps qu’on en avait envie tous les 2. On en a parlé plusieurs fois. Et le CSB aujourd’hui nous permet de nous réunir, et de concrétiser notre volonté autour de ce beau défi sportif et humain ! On s’est encore parlé ce matin, alors même qu’on n’a pas commencé. On communique beaucoup, on définit notre stratégie, pour attaquer la reprise de l’entrainement et du championnat départ lancé ! Une vraie synergie positive ! C’est vraiment important d’avoir des gens qui vont de l’avant et qui sont optimistes ! Des gens qui avancent !

Sandrine : Bonne transition…Quelles sont tes ambitions pour l’équipe Espoir ?

David : Une équipe Espoir doit tout d’abord être une équipe porteuse d’espérance avec tout ce que cela implique, c’est-à-dire avoir une équipe et un groupe qui arrive à vivre bien. Il faut que les joueurs viennent pour jouer au rugby, en prenant du plaisir à s’entrainer et à jouer ensemble avec l’envie de progresser. Cette équipe c’est le dernier étage de la formation de tout un club, il doit y avoir une continuité et un suivi dans la formation, des passerelles avec les juniors et le groupe senior. Une équipe Espoir c’est aussi un réservoir de joueurs dans lequel le club doit pouvoir intégrer des joueurs pour l’équipe première.

Avec Willy, nous voulons créer un climat favorable à l’entrainement et au développement des joueurs et nous serons intransigeants sur le respect des valeurs. C’est vraiment important que les joueurs d’un club aient envie de venir jouer, et qu’ils transmettent cette même envie de les voir évoluer. J’ai envie aussi que des jeunes espoirs restent ou nous rejoignent parce qu’ils ont la certitude qu’on va leur donner les moyens de progresser. Si on arrive à faire qu’un ou deux joueurs au moins par saison, puissent monter en Fédérale 1 ce sera top ! Pour cela, je veux mettre en place une équipe qui tourne et produire un rugby « moderne » et structuré, qui correspond à la réalité du jeu actuel et que les joueurs apprécieront.

Cela me gêne de voir qu’il y a des mecs qui bossent sans relâche, et que les gamins partent. Mais cela m’a motivé pour rejoindre le club, de voir qu’ils sont plus d’un à être motivés et volontaires comme Karim Malek,Alexandre Mancini, Kevin Boudot, Thomas Lanny, et d’autres (ils ne vont pas être contents que je ne les cite pas tous !!...) Ce sont des gens investis, et malgré leur investissement, les gars partent et ça on ne peut pas l’accepter, en tout cas moi je ne l’accepte pas. Tous ensembles, on va travailler et faire de cette équipe espoir une équipe compétitive pour favoriser la passerelle avec l’équipe première, dans un fonctionnement, une organisation qui lui permettra de devenir performante et efficace. On va travailler sur un plan de jeu qui va reprendre celui de la 1ère. Nous l’organiserons progressivement à partir des moins de 14 ans,pour permettre aux joueurs de s’adapter à toute forme de jeu. Je veux que l’entraineur de la première, ait envie de prendre nos joueurs !

Nous, nous avons le diamant brut, encore à former, et l’idée est de tailler le diamant, de le façonner. C’est notre but pour les moins de 23 et les moins de 18, aussi ! On se doit de les préparer les joueurs à rentrer dans la cour des grands ! Pour moi, il y a 4 strates dans un club : l’EDR, le Pôle formation avec les ados, le pôle pré compétition avec les espoirs et le pôle senior. Et il faut créer un fil conducteur entre tous ces pôles ! C’est fondamental pour assurer la continuité dans le club. D’ailleurs, c’est top qu’Alex Mancini, ait proposé de prendre ce nouveau rôle pour mission dès à présent. Je l’ai dit, c’est fondamental ! Pour la continuité dans le travail et une ligne directrice ! Nous avons tous besoin de nous rapprocher plutôt que de nous écarter. Son regard sur les évolutions de chacun créera ce lien indispensable. Nos jeunes doivent se sentir, accompagnés, reconnus avec un fort sentiment d’appartenance à leur club de cœur. Je l’ai vu dans d’autres clubs et cela marche avec beaucoup de travail, d’énergie, d’investissement et de sacrifice.

Il faut qu’on arrive à fédérer toutes les bonnes énergies dans le même sens commun. On sait bien, et déjà, que plus nous serons performants dans l’accompagnement et l’apprentissage, plus on nous piquera des joueurs mais ce sera positif pour tous, y compris les clubs aux alentours ! Et c’est tant mieux ! Je veux dire par là que je souhaite que nous amenions chaque joueur à son meilleur niveau. Si c’est «  honneur »  il partira dans un club d’honneur, si c’est en F3, il en sera de même et si c’est en F1, et bien il aura mérité et gagné sa place au CSB.

Accéder à son meilleur niveau et s’épanouir pleinement, c’est mon objectif pour chaque gars. Et l’équipe ESPOIR plus spécifiquement, que je suis impatient de développer.

ITW réalisée par Sandrine Mancini

Crédit photo : Le JSL